jeune fille assise au lit
(c)shutterstock

Premiers rapports sexuels, ces filles racontent

On n’oublie pas sa première fois. On en porte les stigmates toute sa vie durant. Le premier rapport sexuel se vit différemment d’une fille à une autre. C’est une expérience à la fois sentimentale, émotionnelle et physique. Pour que le souvenir en soit bon, il faut allier les trois.

Le sexe rapproche les personnes qui le font. Des hormones sont sécrétées pendant l’acte, créant littéralement une chimie qui lie les deux personnes. Quand c’est la première expérience, la chimie est encore plus grande. Mais les souvenirs ne sont pas toujours heureux. Entre humiliation, honte, trahison et douleurs physiques, voici ce que certaines filles, à qui Amour Afrique Congo a parlé, ont vécu.                                                 

La désillusion, la douleur et une sensation de honte

Dans un pays où la sexualité est taboue, les jeunes trouvent d’autres moyens pour se renseigner sur la question, ils se tournent vers des médias. Du coup la télévision et les productions littéraires sur la sexualité créent une idée, souvent erronée, du rapport sexuel dans la tête de la jeune fille vierge. Puis il y a toutes ces discussions entre amies qui nous décrivent le sexe selon leur expérience. Il arrive souvent que la réalité bouleverse et balaye toutes ces idées romantiques et de pure bonheur reçues. C’était le cas pour Marie : « J’avais 17 ans quand j’ai eu mes premiers rapports sexuels, je m’attendais à quelque chose de vraiment fusionnel, de grand, j’avais vu et lu beaucoup de choses sur le sexe et je me disais : pourquoi attendre ? »

Elle aimait son petit ami, et quand ce dernier lui proposa de faire l’amour pour la première fois, elle n’hésita pas. « Au début, c’était excitant, je frissonnais de plaisir, mais quand il m’a pénétrée… », elle marque une pause puis enchaîne : « J'avais mal, et cette douleur s’est vite intensifiée au rythme de ses va-et-vient au point que j'en pleurais. Pendant l’acte, contrairement à mon petit ami, j’en étais à tout regretter, j’avais très mal et je me sentais seule. »

Marie se croyais prête pour sa première fois, mais elle a réalisé qu’elle « n’était pas prête pour et elle en a souffert moralement. »

Dans leur regard

Marie se souvient qu’après l’acte elle avait l’impression que tout le monde la regardait et la méprisait. C’est aussi cela que ressentait Nyota juste après sa première fois.

La jeune fille était submergée par des sentiments qu’elle ne savait décrire : « J’avais honte de tout et de rien, je ne pouvais même plus regarder mon copain, après le rapport, je suis restée allongée sur le lit, les draps tachetés de mon sang. Je me sentais tellement mal et j’avais tellement honte, à la maison aussi j’avais honte, surtout de ma mère. J’avais l’impression, en cours de route, que tout le monde me regardait et désapprouvait mon acte »

L’attitude du copain compte beaucoup

Il y a eu certaines histoires positives. Des souvenirs heureux d’une première relation sexuelle, et en grande partie c’est l’attitude du copain qui y joue un grand rôle. S’il est présent, s’il a respecté le consentement de sa partenaire et son comportement après l’acte sont des éléments qui jouent un rôle positif pour le moral de la jeune fille. C’est cela qui avait aidé Nyota : « Perdre sa virginité, ça marque toute la vie d’une fille, mon petit copain le savait et m’a traitée comme une princesse »

L’attitude du partenaire est importante après l’acte sexuel, des câlins et des mots tendres de sa part peuvent changer la donne et rendre ce jour mémorable. C’est ce que pense Ketsia : « Ce qui rend ce jour mémorable, ce n’est pas l’acte en soi mais la personne avec qui on le fait. »

Elle pense même qu'elle a aimé davantage son partenaire après ce premier rapport.

 

Quel souvenir avez-vous de votre première fois ? Partagez-nous en commentaire votre expérience.

 

Comments
Ajouter un commentaire

Comment

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang>