journée internationale de la femme
(C) Love Matters

Le 8 Mars: une journée au but détourné

Le monde célèbre chaque 08 Mars, la journée dédiée à la femme. Quant à savoir ce qu’elle représente et comment elle est célébrée, nous avons donné la parole aux femmes de la ville de Béni, dans le Nord Kivu.

Pour plusieurs femmes, le 08 Mars est une journée spéciale de fête. Les femmes se réunissent pour réfléchir sur l’avenir de leurs professions, conçoivent des projets d’avenir et prennent un moment de détente.

Pourtant, pour Love Kahindo -  pharmacienne de profession, cette journée a perdue tout son sens. Déçue, elle ne célèbre plus cette journée à cause du comportement des mamans. « En lieu et place des formations et séminaires de réflexion, cette journée est devenue le jour de la dépravation des mœurs des femmes. Même celles qui n’ont jamais goûté à l’alcool, ce jour-là s’enivrent. Ce qui devient source de problèmes dans leurs foyers », se plaint- elle.

De plus en plus de problèmes surviennent à cause de cette ‘fête’. Au nom de l’émancipation, les femmes sortent sans signaler à leurs époux, créent des disputes pour une contribution non faite ou encore pour un pagne de 08 mars non acheté. Et donc, ce qui est sensé être une journée mémorable se retourne souvent en crise de couple.

Une fête aux saveurs nostalgiques

Dans la mémoire des habitants de Béni, cette journée garde un goût de nostalgie. Elle ne se déroule plus comme elle se faisait les années passées. Autrefois, elle débutait par un défilé le long des artères principales de la ville, pour ensuite se déployer dans les cités environnantes. Les associations professionnelles des mamans défilaient en uniformes avant d’aller festoyer. Mais depuis un certain nombre d’années les caravanes n’ont plus eues lieu. Cette journée se passe sous méditation.

Des messes sont organisées dans les paroisses des différentes confessions religieuses afin de réfléchir sur la situation sociale de la femme et de l’enfant,principales victimes des tueries. Il n’y a plus de joie à exprimer dans une région sous une constante insécurité.

Pour Bibiche K., tenancière d’une terrasse dans le quartier Malepe, Cette fête n’existe plus. Aujourd’hui, elle passe comme un jour ordinaire. Alors qu’elle réalisait des recettes énormes ce jour-là, elle se retrouve désormais contrainte de fermer plus tôt. A 20 heures déjà, tout le monde se précipite à vider son verre, emballer le peu des repas qui lui reste et rentrer à la maison. Par crainte de la situation sécuritaire volatile.

 

Toutefois, la femme devrait se rappeler du but de cette journée. Le 08 Mars n’est pas une fête de la femme mais plutôt une journée des « Droits » de la femme. Et pour ça, ensemble avec les hommes, elle devrait œuvrer pour l’autonomisation de la femme Congolaise.

Bien que depuis longtemps, la coutume discrimine la femme, nous voudrions voir des hommes et des femmes impliqués dans la promotion du leadership féminin pour qu'à son tour, elle émerge dans tous les secteurs. La femme qui a grandi dans un environnement de sous-estimation de soi, doit apprendre à changer. Et ces hommes en cause,doivent l’aider à se relever». c'est ça la masculinité positive.

 Chères femmes,Il est donc temps de militer pour vos droits.

 

Comments
Ajouter un commentaire

Comment

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang>