lit défait et billets sur la table de nuit
(C) Shutterstock

Prostitution, gagne pain des femmes pauvres

Qu’elles soient mineures ou majeures, de nombreuses femmes s’engagent dans la prostitution pour survivre et non pas pour le plaisir de vivre des sensations sexuelles fortes ou mieux exceptionnelles avec n’importe quel homme. Et dès lors qu’elles ont embrassées ce métier, le plus vieux du monde, c’est avec autant de tact, passion et dévouement qu’elles l’exercent.

Pauvreté, base de la prostitution

Acculées par la misère, certaine d’entre elles sont devenues « filles de joies »  avec l’espoir de s’en sortir un jour ; juste le temps pour elles de se constituer un fonds de commerce. Mais une fois séduites par le goût du gain facile, il leur est devenu difficile voire impossible de faire marche arrière surtout que la situation économique globale du pays plutôt que de s’améliorer s’empire au jour le jour.

L’argent gagné en exerçant le plus vieux métier du monde sert parfois à combler le déficit pour certaines femmes qui ont déjà un autre job. Elles sont généralement :

  • serveuses de bars ;
  • petites commerçantes ;
  • coiffeuses.

Mais à elle seule, la pauvreté ne peut tout expliquer de la montée en puissance de ce phénomène.

Par une de ces nuits sombres et agitées à la sortie d’une boite de nuit, un regard fuyant semble avoir capté mon attention. Au bout milieu d’une cohorte de prostituées, mes yeux croisent ceux d’une d’entre elles. Tous deux nous sommes étrangement saisis d’une honte soudaine. Ruth, puisque c’est d’elle qu’il s’agit, décide tout de même d’avancer vers moi.

Mon ancienne collègue sur le banc de l’école est devenue « fille de joie ». Mais ce soir là, plutôt que de me proposer ses services, c’est une bière qu’elle me demande de lui offrir.

Pourquoi ce changement si radical, me suis-je demandé ?

Comment une jeune fille diplômée d’état (baccalauréat) est-elle devenue prostituée sept ans après ?

C’est Ruth elle-même qui se chargera de me répondre au téléphone quelques jours plu tard après notre rencontre.

Divorce des parents

Au terme d’un long échange avec Ruth, je réalise qu’elle ne se serait peut-être pas engagée à vendre son corps si ses parents n’avaient pas divorcés.  ‘’La vie chez ma marâtre était devenue cauchemardesque à tel point que je n’avais plus qu’à  choisir entre me suicider ou me débrouiller pour devenir financièrement autonome »,  me confie-t-elle.

Pourquoi la prostitution et pas autre chose, te demandes-tu ? A propos, Ruth me révèle que c’était son dernier recours. Elle aurait beau tenter de se trouver un emploie dont elle se sentirait fière sans succès. A-t-elle était sincère ou pas sur ce point ? Une chose est certaine, le divorce n’est pas sans conséquence tragique sur les enfants. La prostitution peut en être une.

La guerre

Les guerres à répétition, dans la partie est de la rdc, sont aussi à la base de la prostitution. Après avoir fuit les atrocités dans leurs milieux d’origine, la plupart des femmes se retrouvent seules et sans moyen de subsistance. Ainsi se voient-elles contraintes bon gré malgré de transformer leur sexe en source de revenus pour faire vivre leur petite famille monoparentale.

C’est le cas de plusieurs dames installées dans les villes telles que Goma, Lubumbashi ou encore Kinshasa.

Influence de séries venues d’ailleurs

Pour une certaine opinion, l’image du sexe facile et d’une vie de rêve que véhicule les séries importées d’Asie, d’Europe ou d’Amérique serait aussi à la base de la prostitution.  Conformisme oblige, certaines jeunes femmes se laissent charmer par des hommes mûrs et nantis pour tenter de s’offrir à leur tour une vie en couleurs ; une joie hélas de courte période.

Nos conseils pour la femme mineure

  • Sache garder les pieds sur terre jeune dame si tu n’es pas encore prostituée. Dans le cas où tu l’es déjà ;
  • Apprend à te protéger  en mettant toujours les préservatifs pour éviter les IST et ne renonce pas à tenter encore et encore une reconversion pour embrasser un autre métier.

A tout le monde

Condamner, c’est bien mais mettre nos filles à l’abri de la misère c’est mieux.

Car, tant que le métier servira à nourrir en secret de nombreuses familles et/ou à assurer le bien être social à certaines jeunes filles, la prostitution peut se valoir d’avoir encore de beaux jours devant elle.

Il faudra combattre d’autres phénomènes susceptibles de faire le lit à la prostitution telles que la drogue, la mauvaise compagnie, les troubles mentaux, la nymphomanie… 

En connais-tu  d’autres ? Tu peux nous les faire parvenir en les écrivant en commentaires.

Comments
Ajouter un commentaire

Comment

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang>