Couple fiancés
(c)shutterstock

Les examens médicaux prénuptiaux, quelles utilités ?

Un examen prénuptial permet aux futurs époux de faire le point sur leur état de santé. Il détermine des affections transmissibles de l’un à l’autre ou à leurs descendants. C’est aussi une occasion de recueillir des informations plus larges sur l’hygiène de vie et la planification familiale.

Plusieurs personnes interrogées en cette question reconnaissent l’importance de ces examens :

C’est le cas de madame Ruth, mère de 6 enfants. Selon elle, ces examens permettent de reconnaitre l’état sérologique des jeunes mariés et de préciser leur fertilité renseigne-t-elle.

Sans faute en RDC, les examens prénuptiaux se résument sur fonds du VIH, la syphilis et les hépatites. Mais en réalité ces examens sont toute une panoplie. Parlant par exemple de l’électrophorèse de l’hémoglobine pour le dépistage de la drepanositose (couramment appelé anémie SS ), un examen couteux et si rare en RDC.

Autres examens, le RAI : C’est pour rechercher les agglutinines irrégulières. C’est un examen qui s’adresse principalement aux femmes RHESUS négatif.

Quelques examens cliniques à réaliser lors de prénuptiaux :
  • Mesure de la pression artérielle, auscultation cardiaque et pulmonaire
  • Mesure du poids de la taille et calcule de l’indice de masse corporelle
  • Examen gynécologique et en particulier l’examen clinique des seins
  • Recherche des mutilations de l’appareil génital  
Examens complémentaires :
  • Détermination du groupe sanguin, RHESUS + groupe sanguin du père, si rhésus négatif chez la future mère.
  • Sérologie toxoplasmose, rubéole
  • Dépistage des IST : Sérologie VIH, hépatite B, syphilis et PCR chlamydiae sur premier jet urinaire.

Quelles informations recueillir ?

Il s’agit des antécédents familiaux et personnels ainsi que de la consultation du carnet de santé.

Quelques facteurs de risque pouvant avoir un impact sur la fertilité ou sur la venue de complications obstétricales :
  • Consanguinité du couple 
  • Facteur de risques généraux : Age  ˂  à 18 ans ou  ˃ à 35 ans parlant de premières grossesses.
  • Maigreur ou au contraire surpoids et obésité
  • ATCD chirurgicaux en particulier chirurgie abdomino pelvienne
  • Gyneco-obstetricaux : Mal formation utero vaginal, ATCD obstétricaux, de grossesses pathologiques (HTA, diabète gestationnel)
  • Complication trombo embolique, ATCD d’herpès génital ;
  • Familiaux : ATCD (en particulier chez la mère) de pré éclampsie, de myomectomie ;
  • ATCD de risque obstétricaux : le déroulement d’une grossesse normal ou pathologique (fausse couche, accouchement prématuré,…).

Au terme de cette évaluation des antécédents médicaux, le docteur Héritier préconise un conseil génétique : Il  s’agit d’un processus par lequel des clients ou des parents présentant un risque de maladie héréditaire sont conseillés et informés de la nature et des conséquences de cette maladie ainsi que la probabilité de la développer ou de la transmettre à leur descendance. Ce conseil génétique peut avoir lieu avant la conception (lorsque l’un des parents ou les deux sont porteurs d’un certain trait génétique) durant la grossesse.

Avant de conclure un mariage, penser à votre santé et celle de votre progéniture. Pour réussir le coup, les examens prénuptiaux restent la première de chose à faire. Ça ne vaut pas la peine de se marier,  pour avoir des enfants toujours malades, drépanocytaires et anémiques, des avortements à répétition, des grossesses à haut risque. Il vaut mieux prévenir que guérir. L’unique solution est de passer normalement vos examens prénuptiaux.

Est-ce que vous avez trouvé cet article utile ?

Comments
Ajouter un commentaire

Comment

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang>