symbole du VIH/SIDA
(c)shutterstock

Dix choses à savoir sur le Virus d’immunodéficience acquise, ou VIH

VIH, ce mot est de ceux qui font peur à plus d’un congolais, toutes les générations confondues. On pense faussement qu’y être positif est une condamnation à mort, alors que pas du tout. Dans cet article, découvrez 10 choses que vous ne connaissiez pas sur le VIH. Pour ce faire, nous avons échangé avec Siméon MWANDAKI, un infirmier spécialiste dans la prise en charge du VIH.
Le VIH est différent du SIDA

Beaucoup confondent encore le Virus de l’Immunodéficience Humaine (VIH) et le Syndrome d’Immunodéficience Acquise (SIDA), notre infirmier nuance : « le VIH c’est le microbe et le SIDA c’est la maladie ». Autrement dit, le VIH est responsable du SIDA.

Le VIH se développe en 4 phases
  • La primo-infection ; « c’est la période des 12 premières semaines », elle est asymptomatique chez au moins 50% de personnes. Les signes qui peuvent être visibles d’autres personnes, c’est par exemple une grippe légère, des maux de tête, fatigue, la fièvre, pour ne citer que cela.
  • La période asymptomatique ; « elle dure entre 5mois et 8ans après la contamination, c’est pendant ce temps-là que peuvent apparaitre des infections cutanées comme l’herpès ou le zona »
  • La phase symptomatique ;  «  elle est caractérisée par la diminution sensible des CD4 », une glycoprotéine qui permet au corps de se défendre contre les bactéries et virushttps://fr.wikipedia.org/wiki/CD4#:~:text=CD4%20(cluster%20de%20diff%C3%A9renciation%204,et%20de%20certaines%20cellules%20dendritiques.
  • La phase SIDA, c’est la dernière où les défenses du corps sont fragilisées et du coup, surgissent les infections majeures comme la tuberculose, la cryptococcose et d’autres maladies graves.
Il y a trois principales voies de contagion

On peut attraper le VIH par voie sexuelle, « 80 à 90% des malades attrapent le VIH par voie sexuelle », pour dire qu’il n’est pas prudent d’avoir des rapports sexuels non protégés de nos jours.

Le virus peut aussi entrer dans le corps par la voie sanguine, si vous utilisez des objets souillés par le sang d’un malade, ou si l’on vous transfuse le sang d’une personne vivant avec le VIH.

La transmission peut aussi être verticale, c’est-à-dire, de la mère à l’enfant dans le cas où la mère ne respecte pas les consignes du personnel soignant. Le bébé peut tomber malade pendant la grossesse, pendant l’accouchement ou pendant l’allaitement.

Nous pouvons vivre avec les personnes malades du VIH(PVV)

La société a tendance à écarter les personnes vivant avec le VIH pourtant c’est possible de vivre avec elles pendant longtemps sans le moindre risque d’attraper la maladie. Les embrasser, mettre leurs vêtements, partager le lit avec elles ou nager avec elles ne constituent aucun danger.

Il existe des personnes qui n’ont pas les corécepteurs du VIH

Ce n’est lié à aucun groupe sanguin, il y a des personnes qui, naturellement sont immunisées contre le VIH. Ce mystère fait encore objet de plusieurs recherches.

Une mère séropositive peut donner naissance à un séronégatif

Quand une PVV est enceinte, il lui conseillée de respecter la prise des antirétroviraux et au moment de l’accouchement ce sont les soignants qui jugent par quelle voie elle doit accoucher. Tout dépend de la quantité du virus contenu dans son sang.

Une partenaire séropositive peut vivre en couple avec un séronégatif et vice versa

Notre infirmier nous révèle que si une PVV respecte sa prise des ARV, « il y a un moindre risque de transmettre le virus ». Mais aussi, qu’il existe des traitements que l’on peut dire protecteur destiné aux personnes qui vivent en couple avec les PVV.

Il existe un traitement pour le VIH

Les pilules qui traitent le VIH sont appelés « antirétroviraux ou ARV ». Ce traitement est prescrit pour la vie, il n’est pas curatif mais retarde ou ralentit la nuisance du virus.

On peut vivre longtemps avec le VIH

Comme dit précédemment, il existe un traitement à vie pour le VIH, si la PVV respecte sa dose, il peut vivre plus de 20 ans avec le virus.

La prise en charge du VIH est gratuite

« Je ne connais pas très bien ce qui se passe ailleurs, mais en RDC, je confirme que du dépistage jusqu’au traitement, la prise en charge du VIH est gratuite » nous a confié notre infirmier.

Est-ce que vous avez trouvé cet article utile ?

Comments
Ajouter un commentaire

Comment

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang>