Condylomes génitaux
(c)shutterstock

Condylomes génitaux : cette affection sexuelle méconnue en RDC

On ne peut bien prendre soin de son appareil génital que si on le connait bien. Si on comprend son langage, si on est à son écoute. Même si notre sexe ne parle pas. Mais il s’exprime. Comme un bébé qui a un pleur pour demander à manger, et un autre pour dire qu’il a sommeil. Sa mère sait comprendre ce langage. Et vous, que vous disent des verrues sur votre partie génitale ? Saviez-vous que cela s’appelait condylome ?

Oui, les condylomes génitaux sont aussi appelés des verrues génitales. Beaucoup de personnes ignorent jusqu’à leur existence. Pourtant, ils sont si courants.

Une infection dont le corps se débarrasse facilement

Les condylomes sont causés par certains types de papillomavirus humain, en signe PVH. La grande partie est due aux PVH 6 et 11, même si en vrai il en existe de centaines. Mais l’organisme s’en débarrasse très facilement. Seulement 1% de la population sera atteinte du condylome. Mais pour les cas où les verrues sont visibles, le traitement se fait avec des médicament anti-tumoraux.

Le condylome figure sur le top 5 des IST les plus courantes dans le monde, mais qu'en est-il de la RDC ? Nous avons posé la question à docteur Lukikeba, du centre hospitalier Crisco, à Goma : « Je ne crois pas qu'elle soit méconnue mais plutôt rare mais je reçois plusieurs cas d'IST (VIH, blennorragie, herpès ...) Je n'ai reçu que 2 cas en deux (2) ans. Le comble est que les patients n’en avaient jamais entendu parler avant ce jour. », nous revèle-t-il.

Attention, cela peut mener au cancer

La dangerosité de cette affection réside dans sa contagiosité. Les condylomes sont très contagieux et se transmettent par contact sexuel mais aussi par contact peau à peau.

Selon le magazine passeport santé, Le VPH du type 6 et 11(90%) sont à l'origine des condylomes génitaux. Par contre d'autres types de PVH (16 -18) sont associés du cancer de l'utérus, cancer de la vulve, cancer de l'anus et plus rarement au cancer du pénis.

Si vous avez eu une relation sexuelle à risques et non protégée, ou si vous constatez la présence des verrues sur vos organes génitaux, consultez votre médecin pour passer le test de dépistage approprié car, bien qu'ils ne soient pas très connus en RDC, cette infection est très contagieuse et dangereuse. Et pour mieux soigner un cancer, le plus tôt c’est le mieux.

 

Est-ce que vous avez trouvé cet article utile ?

Comments
Ajouter un commentaire

Comment

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang>