papa et son Fils
(c)shutterstock

10 astuces pour parler de sexe avec son enfant

Comme l’a si bien dit le docteur Mathieu Ndaliko lors de l’interview nous accordée : « On ne peut vraiment pas parler d’astuces, quand il faut aborder la question du sexe. Il faut tout simplement le faire ». Mais aussi comme cela est difficile pour plusieurs de « tout simplement aborder le sujet », Amour Afrique Congo va vous simplifier les choses !
En discuter avec un spécialiste (médecin, psychologue,) ou un membre de la famille (tante, oncle, grand-mère,)

Si vous trouvez difficile d’aborder ce sujet avec votre enfant, demandez de l’aide autour de vous, auprès des spécialistes ou de ceux qui sont déjà passés par-là. Sûrement qu’il n’en manquera pas un qui pourra partager sa propre expérience et vous mettre en confiance.

Cherchez un endroit propice pour l’échange

L’environnement joue un rôle prépondérant quand il est question d’aborder des sujets aussi épineux comme celui lié au sexe. Pour Giresse, père d’un garçon qui a déjà 12 ans, il faut chercher un endroit qu’il aime, où il pourra parler sans crainte : “ Dernièrement je me suis rendu compte que mon fils de 12 ans avait des érections et ne savait pas quelle attitude adoptée ! Je l’ai juste amené un week-end à l’un de ses restaurants préférés et nous avons discuté sans problème. Si c’était à la maison, ça ne se serait pas passé de la même façon.

Expliquez à votre enfant l’importance de cette discussion

Si votre enfant semble réticent à l’idée de parler du sexe et des changements de son corps ; tout en le mettant à son aise, faites-lui comprendre par des mots simples l’importance de cette discussion. “Ma fille avait eu ses premières règles alors qu’elle n’avait que 10 ans. Aborder le sujet n’a pas été facile au début. Mais après, quand elle a compris que c’était important pour moi tout comme pour elle d’avoir cette conversation, elle m’avait posé un tas des questions. Et cela nous a un peu plus rapproché” témoigne maman Neema, 52 ans.

Restez dans ce qui est Scientifique

Pour le docteur Mathieu, l’une des premiers choses à faire est de rester dans ce qui est scientifique : « Quand on commence à aborder le sujet, il faut éviter de faire la morale dès le départ. Premièrement, il est crucial de rester dans les deux soubassements importants qui sont l’anatomie et la physiologie ».

Cachez votre gêne (si vous en avez), quand vous répondez aux questions de l’enfant

Les enfants sont loin d’être stupides ! Si vous montrez une quelconque sorte de gêne. L’enfant pourra se renfermer sur lui-même à la prochaine quand il s’agira de poser une question du même acabit. Faites comprendre à votre enfant que c’est normal qu’il pose toutes ces questions car en grandissant, le corps subit plusieurs modifications. Giresse a dû faire face aux questions “difficiles” de son fils : “ Mon fils m’avait posé des questions qui parfois me mettaient mal à l’aise, heureusement que je m’en sortais toujours, sans qu’il ne s’en rende compte”

Répondez tout simplement aux questions sans trop presser votre enfant des questions à votre tour.

Limitez-vous à répondre tout simplement aux questions de votre enfant. Évitez autant que possible de lui poser des questions pressantes pour éviter qu’il ne se mure dans le silence.

Donnez à votre enfant des réponses adaptée à son âge

C’est le conseil que nous donne maman Neema: “ Quand j’avais discuté avec ma fille de 10ans, j’ai compris combien il était important de donner une réponse adaptée à l’âge de l’enfant. Comme nous avions instauré cette habitude de partage, au fur et à mesure qu’elle grandissait, j’adaptais aussi mes réponses à l’âge que l’avait. Nous y sommes aller petit à petit et étape par étape.”

Soyez honnête et dites-lui la vérité

S’il arrive que votre enfant vous pose une question à laquelle vous n’avez aucune réponse, dites-le-lui et promettez-lui d’en reparler quand vous en saurez un peu plus! N’oubliez surtout pas que tout ce que vous apprenez à votre enfant restera sûrement dans sa mémoire ! Donc inutile de mentir !

Ne vous moquez pas des questions de l’enfant et ayez un esprit d’ouverture

Selon l’ouvrage : “Parler de sexualité de manière adaptée aux jeunes enfants : éduquer pour protéger”, de la fondation Marie-Vincent, c’est très important de faire preuve d’ouverture, de renforcer le fait que l’enfant vient vers vous pour avoir de l’information et de respecter les questions qu’il pose. Par la suite, vous pourrez rectifier ou ajouter de l’information au besoin. Prêtez également attention aux questions ou aux réponses de l’enfant puisqu’elles vous informent sur son stade de développement psychosexuel.

Bien penser ses réponses avant de les donner

Réfléchissez à deux fois avant de donner une réponse à votre enfant. Car il ne faut surtout pas perdre de vue que ces réponses constituent d’une manière ou d’une autre la fondation même du savoir sexuel de votre enfant. Par vos réponses, vos tâtonnements, vos silences, votre attitude, l’enfant apprends !

Est-ce que vous avez trouvé cet article utile ?

Comments
Ajouter un commentaire

Comment

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang>