mariage
(c)Shutterstock

Premier enfant : le dilemme entre l’amour pour le père et celui pour le fils

On s’est marié, on a eu notre lune de miel. On a eu aussi ces bonheurs qu’on partage à deux dans un foyer naissant. Près d’un an après, mon premier fils est né, oh... notre premier fils ! J’avais désormais deux hommes dans ma vie. Deux amours. Mais, aurais-je commencé à aimer l’un plus que l’autre ? Accordé-je plus de temps et d’attention à l’un qu’à l’autre ? Questions d’une mère primipare. Cela vous est-il aussi arrivé de vous poser ces questions ? Si oui, mon expérience pourrait vous aider à trouver le juste milieu.

Il y a quelques jours le fils a totalisé six mois ! Que de défis relevés et d’instants de bonheur partagés ! C’est une autre petite victoire que j’enregistre !

Quand je me souviens à quel point l’idée d’être mère et de ne pas être à la hauteur me terrifiait, je suis plus que soulagée de voir que je m’en sors plutôt bien. Je suis devenue quasi experte en la matière. Une satisfaction !

Et soudain viennent des questions

Malgré cette satisfaction d’assurer comme maman jusque-là, des questions me traversent l’esprit. En faisant mon bilan semestriel de mère pour la première fois je me demande : n’ai-je pas donné beaucoup plus de place à mon fils en mettant de côté mon mari ? Comment pourrai-je, ou mieux, devrais-je chercher un équilibre entre mon rôle de mère et celui d’épouse ? Comment faire pour ne pas frustrer l’un des deux ? Quelles sont les choses à éviter pour que ma vie de mère n’empiète pas sur celle de femme qui doit amour et attention à son mari ? Que faire pour éviter des tensions relationnelles dans mon couple avec l’arrivée de ce tout petit être ? Dix mille questions auxquelles je n’avais pas de réponses immédiates.

À la naissance d’un enfant, il se crée une sorte de cocon qui couvre la mère et le nouveau-né.  Puis, il arrive que, consciemment ou inconsciemment,  la mère mette à l’écart le père.

La mère se sent submergée par son nouveau rôle et renvoie au second plan ses besoins et ceux de son époux. Ce qui devient frustrant et crée parfois des tensions au sein du couple car le père se sent isolé et peut aller jusqu’à considérer le nouveau-né comme un rivale avec qui il est  en compétition pour gagner l’attention de son épouse. C’est une sensation légitime et humaine.

 

 Trouver un équilibre, communiquer

La mère doit donc chercher un d’équilibre en s’adaptant à ce nouveau style de vie.

J’ai donc compris qu’il était crucial de continuer à faire avec mon époux les mêmes choses qu’avant la naissance de l’enfant : aller au restaurant, sortir de temps en temps, passer du temps ensemble, même si c’est pour un court instant.  Mais d’autre part, impliquer le père dans le cocon mère-enfant.  Vous occupez à deux de l’enfant. Par exemple le père pourrait changer des couches du bébé ou juste le pomponner. Cela lui ferait se sentir à l’aise et le bienvenu dans le duo mère-bébé. 

Pour l’amour du père, et du fils (de la fille)


Mais en réalité, la communication reste la clé par excellence pour ce genre des situations ! Communiquez, communiquez, communiquez autant que vous le pouvez !

Surtout vous les hommes, dites ce que vous ressentez à votre épouse, peut-être vous isole-t-elle inconsciemment ? 

Mais aussi, et ne l’oubliez pas, l’arrivée d’un enfant est un phénomène qui bouleverse toute une vie ! Laissez un peu de temps à votre femme pour qu’elle s’habitue à sa nouvelle vie, son nouveau rôle où la survie et la vie de cette petite personne dépendent à cent pour cent d’elle.

Avec le temps, tout rentrera dans l’ordre. Elle s’habituera et saura quand il faudra qu’elle fasse des choses au nom du père, et quand il faudra qu’elle le fasse au nom du fils (de la fille). 

 

Comments
Léon tony tresor ndumbi
dim, 08/04/2019 - 11:41 am
Ce n'est que normal, cet amour partagé, et pouvant avoir un panchant primant.vis à vis des parents à leurs enfants de sexe opposés, qui est comprit en terme:" complexe d'oeudupe"
Ajouter un commentaire

Comment

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang>