fille enceinte
(c)shutterstock

Enceinte et célibataire : NON, tu n’es pas une honte pour ta famille

Dans nos communautés africaines, donner naissance à un enfant avant le mariage paraît comme “un interdit”. En RDC, rares sont les parents tolérants qui accompagnent leur fille lorsque celle-ci se retrouve enceinte avant le mariage. Si certains parents décident de la renvoyer du toit paternel de peur de se faire pointer du doigt par les membres de famille et proches, d’autres par contre acceptent de vivre avec elle, malgré tout.

Selon les témoignages recueils, nombreuses disent avoir souffert avant de se faire accepter dans la communauté avec le statut de “fille mère”, Lydie est l’une de ces filles, elle témoigne:« Je suis tombée enceinte à 18 ans après mon diplôme d’Etat, personne ne voulait me comprendre. Mes parents m’ont rejetée et envoyée vivre dans la famille du responsable de ma grossesse, je ne pouvais pas tenir le coup j’avais vite décidé de rentrer chez mes parents après mon accouchement d’autant plus que le père de mon enfant n’avaient pas des moyens suffisants pour nous prendre en charge mais aussi sa famille ne voulait pas m’accepter, J’étais entre ciel et terre mais malgré cela j’avais persévérer » nous explique-t-elle avec regret. Une activité financière l’a permis de sortir de sa misère et prendre en charge son bébé.

De la mère célibataire sans emplois à celui de femme ambitieuse

En seulement peu de temps, Lydie est devenue une source d’inspiration pour ses paires, elle y revient : « les choses se sont passées très vite. En trois ans, ma famille, mes amis et ma communauté qui ne voulaient pas m’accepter comme mère célibataire ont vite changé l’image qui m’était collé, celle d’une femme avec moins de chance d’être utile à la communauté et de trouver un jour un homme pour me prendre en mariage. Les conflits qui m’opposaient à ma famille étaient vite finis, aujourd’hui j’ai rencontré Alfred qui a accepté de me prendre en mariage en dépit de mes lourdes responsabilités de mère ; mes parents n’ont plus de travail et je fais tout pour subvenir  à leurs besoins».

Cette jeune dame est parvenue à surmonter tous les stéréotypes liés à sa situation de fille mère. Elle n’est pourtant pas la seule à se retrouver dans cette situation. Sophie aussi.

Mère de famille, cette femme a accepté de soutenir sa fille Sophie enceinte à 21 ans, même si elle pensait avoir tout perdu. Son mari fâché et désespéré,  je me suis engagée pour que ma fille ne soit pas rejetée suite à cette grossesse. Nous l’avons soutenu jusqu’à l’accouchement.

« Nous avions accepté de continuer à scolariser notre fille et prendre soin de son enfant, Aujourd’hui elle est cheffe d’entreprise à Goma et nous n’avions jamais regretté de l’avoir soutenu» précise la mère.

L’histoire de Lydie et celle de Sophie démontre qu’avoir une grossesse avant le mariage ne peut en aucun cas engendrer le manque de confiance en soi et la peur. Après l’accouchement il y a d’espoir, mais toute fois, la prévention des grossesses non désirées en adhérant aux méthodes de contraception reste recommandée.

 

Des conseils ou services sur la contraception pour éviter une grossesse non désirée ? Rendez-vous au centre MSI sur avenue Lobo 48, quartier Mbamu dans la commune de Limeté (Non loin de Point chaud) ou encore écrivez au numéro Watshapp 0818900022

 

Est-ce que vous avez trouvé cet article utile ?

Comments
Ajouter un commentaire

Comment

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang>