Satisfied young black man
(c)shutterstock

Troubles de l’éjaculation : entre précoce et tardif, des astuces pour les pallier

Au cours de sa vie, un homme sur trois pourrait être atteint par une phase d’éjaculation précoce. Mais, tout comme tous les problèmes liés à la sexualité, c’est tabou d’en parler dans la société africaine. Pourtant, c’est l’une des causes des séparations (divorces) au sein de plusieurs couples, souligne Maitre Marcel M., car un couple heureux c’est aussi celui qui est satisfait sexuellement. Son opposé, l’éjaculation tardif, on en parle encore moins et parfois on s’en vante, jusqu’à ce que cela soit un problème pour soi et son partenaire. Parlons-en.

Lors d’un rapport sexuel, si votre éjaculation intervient souvent ou presque toujours avant la pénétration du vagin ou juste quelques secondes après la pénétration ;  si vous êtes toujours dans l’incapacité de  retarder une éjaculation dans les trois premières minutes ;  vous avez un souci d’éjaculation précoce. En soi ce n’est pas une maladie. Mais ça ne le devient que quand la persistance entraine des conséquences négatives telles que le stress, une frustration, une gêne et/ou un évitement des rapports sexuels souligne, docteur Simon Mikombi.

Les causes sont souvent les mêmes : le stress, la peur de l’échec, la peur de ne pas assurer, un rapport précipité, l’anxiété, des conflits inconscients, difficultés conjugales.  L’éjaculation précoce n’est pas à confondre avec l’impuissance sexuelle, car il n’y a aucune anomalie mise en cause. Il s’agit d’un trouble du comportement éjaculatoire. Alors que la dysfonction érectile ou l’impuissance sexuelle se définit comme l’incapacité chez l’homme d’obtenir ou de maintenir une érection suffisante pour lui permettre d’avoir une relation sexuelle satisfaisante.

L’éjaculation précoce se soigne à deux niveaux : par une prise en charge médicale : « Un médecin pourra prescrire des antidépressifs comme le laroxyl. Mais j’insiste qu’il faut bel et bien consulter un médecin car chaque personne est cas particulier, vu que les causes ne sont pas les mêmes. Néanmoins, même ces médicaments doivent être en association avec une l’approche psychodynamique et comportementale.  Car les médicaments sont des aides temporaires. », souligne docteur Simon Mikombi.  Le prise en charge psychologique est la seconde option et la plus préférable même si elle peut prendre du temps.

Quelques conseils pratiques

  1. Augmentez la fréquence de rapports sexuels.

Plus on fait d’exercices, plus on maitrise. Si on s’en prive par peur, la situation empire.

  1. Déstressez, ne vous culpabilisez pas.

Il est fréquent chez les hommes atteint d’une éjaculation précoce de se sentir envahie par la honte, la colère et la culpabilité, qu’ils soient bouleversés au point de se détourner de sa/son partenaire. Cela fait que les choses empirent. Les partenaires doivent aider leurs hommes à se déculpabiliser.

  1. Parlez ou ne pas parler tendrement.

Si pour les uns les paroles douces, les gémissements attendrissent ; pour d’autres elles augmentent exponentiellement l’excitation et précipitent l’éjaculation. Il faut se connaitre et en parler à sa partenaire.

  1. Favorisez certaines positions.

Si la position du missionnaire devient trop excitante, essayez celles ou la femme est au-dessus et mène le jeu. Cela permet à l’homme d’être passif et de ne pas se mettre trop de pression.

  1. Utiliser le préservatif

Pour certains, le préservatif quand il est épais, il diminue la sensation de plaisir.

  1. Faire l’amour en s’amusant

Bien des fois, quand on attend les jeunes parler de leurs rapports sexuels, les jargons usuels font références à un match de football ou le gagnant est celui qui résiste le plus ou fait pleurer l’autre. Détrompez- vous, l’amour est un jeu, une partie de plaisir et de douceur.

  1. Evitez les drogues et beaucoup d’alcool
  2. Faire de l’exercice physique.

C’est l’un des meilleurs moyens d’augmenter sa performance.

L’éjaculation tardive

Contrairement à l’éjaculation précoce, l’éjaculation tardive ou retardée est une  difficulté régulière à parvenir à l’éjaculation malgré une érection et une excitation sexuelle normale. Alors qu’une éjaculation normale intervient autour de huit minutes, une éjaculation retardée arrive au-delà de 25 minutes. Et cela au prix d’un effort énorme.   Qualifié de « bon d’étalon » au début, la situation devient de plus en plus frustrante pour une partenaire régulière avec le manque d’orgasme partagé et les risques de blessures. Avec deux variantes, l’éjaculation retardée primaire, celle qui existe depuis les premiers rapports sexuels, et secondaire, celle acquise après un temps des rapports sexuels normaux ; elle a pour causes la prise abusive des médicaments, des problèmes psychologiques comme le souci régulier d’assurer qui inhibes les émotions et la sensibilité, les traumatismes, présence de fantasmes homosexuels. Et comme pour l’éjaculation précoce, la prise en charge est aussi psychologue et médicale.

 

Est-ce que vous avez trouvé cet article utile ?

Comments
Ajouter un commentaire

Comment

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang>