Couple heureux tenant chacun un verre
(c)shutterstock

Le sexe et l’alcool font-ils bon ménage ?

Eh bien… Rire et jouir, n’est-ce pas le fameux slogan pour venter le sexe ? Plus le temps passe, plus les hommes et les femmes cherchent des nouveaux moyens de s’exciter autrement pour faire en sorte de combattre la routine sexuelle. En ce sens, le recours à l’alcool est envisageable par moments. Les recherches prouvent que quelques verres peuvent élever le taux de testostérone, chez les femmes surtout. Alors, boire pour s’échauffer, ça peut le faire ? Le Docteur Jean Bedel tente de répondre à cette question.

L’alcool est omni présent dans notre quotidien. Il est même réputé pouvoir aider à détendre et surmonter le stress. L’alcool est bon et mauvais en même temps confie ce sexologue.

Bon dans quel sens ?

« L’alcool est perçu comme un excitant sexuel lorsque vous le consommez avec modération. En petite quantité, l’alcool excite tous les systèmes nerveux. En jouant ce rôle d’excitation, l’alcool fait bon ménage avec le sexe. » affirme ce médecin, et cela à trois niveaux :

  • Il joue le rôle anxiolytique. Il atténue l’anxiété et agit sur la psychologie de la personne pour calmer les peurs et les angoisses.
  • Il est désinhibiteur. Il décomplexe, c’est-à-dire, « vous avez l’audace de faire certaines choses que vous n’auriez pas fait à l’état naturel. »
  • C’est un extincteur : « on boit pour oublier ». Dans ce contexte, le sexe est plaisant car tout se passe dans un climat décontracté. Lorsque l’alcool est consommé pour jouer ces trois rôles, « c’est déstressant » ajoute ce médecin.

En revanche, l’alcool peut aussi tout gâcher s’il est consommé avec excès prévient le Docteur Jean Bedel.

L’alcool est mauvais dans quel sens ?

« L’alcool déshydrate le corps. » Quand vous devenez un alcoolique avéré, en vous imbibant d’alcool, vous avez tendance à uriner tout le temps. De ce fait, les cellules se déshydratent et par conséquent, il n’y a plus assez d’eau dans le corps. Lors du rapport sexuel, la femme surtout peut connaitre une sècheresse vaginale, or l’absence de la muqueuse vaginale dans un rapport sexuel gâche carrément l’ambiance. Tout peut s’arrêter là parce qu’elle n’a plus le goût d’y rester. Sa libido est sensiblement en baisse étant donné les douleurs qui peuvent découler d’un frottement non lubrifié. « Ces frottements peuvent même déboucher aux infections sexuellement transmissibles. »

Un autre danger plus imminent quand on a pris un verre de trop, c’est la perte du contrôle de soi. Dans cet état, on a des trous noirs dans la mémoire. Le risque est élevé de s’envoyer en l’air avec un inconnu sans préservatif parce que l’on a une confiance facile. On est alors dans un « coma alcoolique. »

Il y a aussi lieu de tomber dans les agressions sexuelles, ce qui peut déboucher à des rapports sexuels violents. Il peut aussi y avoir des personnes mal intentionnées qui profitent de l’état inconscient de quelqu’un pour en abuser sexuellement. C’est d’ailleurs parmi les raisons majeures de la propagation des IST, en l’occurrence le VIH.

Alors, dites oui à une vie sexuelle épanouie et prenez moins d’alcool.

 

Est-ce que vous avez trouvé cet article utile ?

Comments
Ajouter un commentaire

Comment

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang>