happy senior couple
(c)shutterstock

Le sexe après 50 ans

Si avec l’âge, nous connaissons des changements inévitables tant sur le plan physique que psychologique, le désir ne disparaît pas pour autant. Contrairement aux idées reçues, il est possible de jouir d'une sexualité épanouie après 50 ans, que ce soit chez l'homme ou chez la femme. Dans ce billet, nous allons découvrir comment !

Beaucoup de gens pensent qu’après 50 ans, surtout pour les femmes, le sexe devient une fantaisie, qu'il n'est plus possible ou souhaitable de tomber amoureux et que les relations sexuelles ne donnent plus autant de plaisir. Faux ! Ces stéréotypes bâtis autour de la sexualité des personnes de plus de 50 ans sont à bannir.

Le changement est inévitable

Papa Mutombo, 62 ans, marié à maman Françoise témoigne : « Quand on est jeune, on a de la vigueur, on peut parfois rallumer ses batteries 10 à 20 minutes et même moins après éjaculation. Quand on grandit et tu le découvriras assez tôt, ce n’est juste plus possible, j’ai commencé à rencontrer ces ralentissements dans ma quarantaine et cela s’est malheureusement aggravé avec le temps, ce n’est pourtant pas l’envie qui manque. Mon corps n’est juste plus le même ! En plus de toute sorte de douleurs, maladies de tout genre, plus rien à part le désir n’est pareil. Et c'est aussi le cas chez ma femme, elle a 55 ans et n’aime pas trop que je rode autour d’elle [Éclats de rire] quand j’insiste trop, elle me dit que nous ne sommes plus des gamins, même si je sais qu’elle en a aussi envie et qu’elle aime toujours ça, peut être même plus qu’avant… Tout ça me rend un peu triste, la vieillesse n'est pas une bonne chose. », conclut-il dans un soupir.

Selon le Dr Richard Ndambo, les problèmes que Maman Françoise rencontre sont justifiés : « Généralement, on remarque une baisse (pas une extinction) de libido à la ménopause chez la femme à cause du manque d’œstrogènes, des hormones qui baissent significativement à ce stade de la vie, ce qui conduit à une sécheresse vaginale et à l’apparition possible de mauvaises odeurs vaginales. Elles connaissent aussi une atrophie uro-génitale, c’est-à-dire, un amincissement du vagin, ce qui pourrait donner lieu à des difficultés de pénétration et des douleurs pendant le rapport. »

Ces douleurs peuvent agir sur le mental de la femme et contribuer à sa baisse de libido. Ainsi elle peut avoir envie de faire l’amour mais se remémorant les douleurs de la séance passée, elle préférera passer à autre chose.

Accepter que notre corps change et s’adapter.

Avoir 50 ans ou plus ne signe pas la fin d’une vie sexuelle épanouie ! Le désir est toujours là et peut être pleinement satisfait.

« D’abord savoir que plus l’âge avance, plus les choses évoluent et changent et ce, même sur le plan sexuel. Arriver à accepter cette évidence mettra à l’abris les couples de plusieurs infidélités à la recherche de sensations de leur jeunesse passée et permettra aux partenaires de mieux se comprendre et s’adapter. À ce stade, il faut s’adapter ! », conseille le Dr Richard Ndambo.

Quelques solutions

  • Les couples peuvent faire recours aux lubrifiants en cas de sécheresse vaginale, cela évitera les douleurs pendant le coït à la femme ;
  • Les aphrodisiaques naturels tout comme médicaux peuvent être pris suivant les conseils d’un professionnel de santé, un gynécologue ou une sage-femme de préférence ;
  • Les femmes peuvent suivre un traitement hormonal pour diminuer les mauvaises odeurs vaginales, qui apparaissent normalement après la ménopause. Il faut pour cela qu'elles entrent en contact avec des professionnels de santé ;
  • Rester sexuellement active permettra au vagin d’être mieux hydraté et souple ;
  • Lors d'un rapport sexuel, prenez votre temps, l’important c'est de s’amuser !

 

Est-ce que vous avez trouvé cet article utile ?

Comments
Ajouter un commentaire

Comment

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang>