couple dans un restaurant
(c)shutterstock

Partager l'addition au premier rencard : une faiblesse pour l'homme ?

Vous seriez étonné par les avis des Congolais sur la question de partage de la note au premier rencard. D’ailleurs à tous les rencards. Beaucoup de Congolais pensent que c’est une question d’honneur, l’homme est celui qui doit payer. « Est radin, pauvre ou irresponsable, tout homme qui laisse la femme payer intégralement ou une partie de l’addition », pensent certains.

Pourtant certaines idées contraires commencent à germer. Entre le féminisme et l’égalité des sexes, de nouvelles conceptions de qui paye la note au restaurant voient le jour. Nous avons parlé à certains Congolais.
 

Galanterie oblige, l’homme de payer l’addition

« Si l’intention du garçon est de faire la cour à la fille, partager l’addition au premier rencard ne passe pas ! », affirme Fabien qui met cela sur le compte de la galanterie. « Dans d’autres cas et pas au premier rendez-vous, cela peut passer. », poursuit-il.

Fabien soutient que la galanterie peut s'étendre aux dépenses de tout type de sortie où l'homme devra assurer les frais, quelle que soit sa situation financière ! On a vu de jeunes étudiants dépenser l’argent prévu pour payer l’université pour assurer cette « galanterie ».

Mais l’égalité homme-femme ne devrait-elle pas changer la donne ? Non, pense Dodo : « L’égalité entre homme et femme ne doit pas se manifester dans tous les domaines, au risque de dénaturer la vie » 

Pour elle, « il y a de choses que seul l’homme doit faire et vice versa ».

Dodo est pourtant féministe et gagne bien sa vie, mais elle soutient que l’argent qui sort des poches de l’homme a un goût particulier, elle rit en le disant en lingala « Mbongo ya mobali ezalaka sukali. »

C’est une question d’élégance et d’honneur

Monsieur Moses est en quête d’une âme-sœur, pour lui dit-il, le premier rencard est décisif alors il faut assurer en tout et pour tout. Un homme qui cherche à conquérir le cœur d'une dame doit utiliser plusieurs moyens pour la séduire. Payer l'addition est donc une opportunité pour l'homme de séduire une femme. « Je pense que le courant du féminisme n'est pas une bonne chose, car il suppose que la femme est égale à l’homme en tout et pour tout. Moi, j'aime parler d'émancipation de la femme qui promeut la femme sans changer le rapport homme-femme. » conclut-il.

Pour Fréderic, laisser la femme payer l’addition en entier ou en partie, est une honte pour les hommes de sa tribu. « L'homme, de par sa nature, est le chef, le gouverneur d'une relation avec la femme, il aime prendre le contrôle de tout et des besoins de la femme ; même si cette dernière est indépendante financièrement, cela ne me dérange pas du tout. Je préfère une femme dépendante à 100% en lieu et place de celle indépendante à 100% car l'harmonie du couple en dépend. »

Les temps sont durs, il faut partager l’addition

Glodie, un jeune fiancé, estime quant à lui que ce n’est pas bien pour une femme de toujours dépendre de l’homme. Il pense qu’il faut un juste milieu. C’est également l’avis de Nathanaël qui trouve que ce n’est pas mauvais pour une femme de soutenir l’homme, car nous sommes au 21éme siècle, et les temps sont difficiles. L’homme et la femme doivent s’assumer.

 

Comments
Christian
mer, 09/04/2019 - 08:38 am
Du première rendevous c'est l'homme qui paye l'addition car celui-ci fait preuve de responsabilité, même si la dame est indépendante financière ment, l'homme jouera son rôle, ça fait partie de la séduction.
Ajouter un commentaire

Comment

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang>