deux adolescents amoureux
(c)shutterstock

Ce que ces élèves du secondaire pensent de l’amour à l’école

L’amour scolaire, c’est aussi vieux que les écoles. Dans les écoles mixtes, il arrive que l’amour se crée entre élèves. Depuis les années 80, le Général Defao le chantait son tube culte « amour scolaire », et il y détaillait comment déjà à l’époque on vivait l’amour, entre vacances et internat. On s’écrivait des lettres, on se donnait même des alliances, selon l’artiste.

De nos jours, la culture populaire, le cinéma, Internet et romans, a aussi eu son influence sur l’amour des jeunes. L’école n’est plus seulement un endroit d’apprentissage, mais aussi un cocon pour leur amour. Mais que pensent les élèves de cet amour à l’école. Nous avons posé la question à certains.

Avoir un amoureux à l’école nous rend plus responsable

Ceux qui sont pour le fait d’avoir un(e) amoureux(se) à l’école, mettent une condition :  l’amour doit être vrai ! « Si c’est un amour sincère, il n’y a pas de problème même si on étudie dans une même école. », pense Ketia.

C’est le cas de Charline aussi : « Je suis en 8ème et Josué, mon copain, en 5ème biochimie. On s’est juste déjà convenu de ne pas avoir de sexe tôt, et il respecte ça ! Pour moi, il n’y a aucun inconvénient à notre amour. »

Les jeunes garçons eux trouvent qu’avoir une copine les rend plus responsables. C’est cela que nous dit Jordan : « Je trouve que ça nous rend un peu responsable, on se rend compte de sa capacité à gérer une relation avec une femme déjà tôt. ».

Mais une copine te vaudra aussi le respect de tes collègues, c’est cela que dit Guerschom : « Quand tu as une copine à l’école, ça te donne de la valeur auprès de tes amis, et beaucoup d’autres de filles. Cela te donne l’air d’un grand garçon même en classe ! »

L’amour à l’école peut aussi permettre qu’on apprenne mieux ses leçons. C’est le cas de Cynthia, élève en 3ème biochimie. Elle est sapiosexuelle (attirée par des hommes intelligents).  « Je peux aimer à l’école, mais pas un garçon de mon niveau. Il faut qu'il soit capable de m'expliquer les maths. »

Mais certains on des craintes

Nous avons rencontré aussi des élèves pour qui, il n’est pas question d’aimer à l’école !  Ariane, élève en 5ème social est catégorique, elle pense qu’ « à un certain âge non, on doit arrêter d’accepter les avances des garçons de l’école, à l'école secondaire on est des amateurs dans l’amour. Ils ont quel projet pour la vie ! », s’exclame-t-elle.

Pour Blessing, élève en 4ème des humanités pédagogiques, l’école c’est la famille élargie. « Je considère tous les garçons de mon école comme mes frères », soutient-elle.

Augustine, elle, y trouve plus d’inconvénients que d’avantages : « Les garçons n’attendent pas pour demander du sexe, pourtant ils ne sont pas encore assez responsables pour s’occuper de vous, si par malheur vous tombiez enceinte. »

Elle se souvient aussi d’une amie qui sèchent les cours pour passer du temps avec son copain : « J’ai une amie qui n'étudie presque plus, elle a un copain en 6ème et, quand on nous renvoie pour les frais, elle rentre même si elle est en ordre quand elle voit son copain dehors. »

L’autre crainte c’est qu’on n’a pas d’argent quand on est encore élève. C’est aussi cela qui freine Clément : « Pour être en couple, il faut de l’argent à un moment, c’est pourquoi on peut même détourner l’argent des frais scolaires pour les dépenses d’amour avec les filles. »

Et vous, quel est votre avis sur l’amour scolaire ? Partagez-le-nous en commentaire.

 

Est-ce que vous avez trouvé cet article utile ?

Comments
Ajouter un commentaire

Comment

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang>