homme se tordant de douleurs
(c)shutterstock

Des hommes battus et maltraités, ça existe aussi : parlons-en !

Si vous entendiez les mots : « violences conjugales », à quoi pensez-vous en premier, en toute honnêteté ? N’est-ce pas à une femme qui serait maltraitée par son violent époux ? Une femme abusée peut-être psychologiquement par un époux maniaque. On pense rarement à l’homme qui en serait victime. Pourtant cela existe, et on devrait en parler.

Nos coutumes veulent faire passer l’homme comme un humain qui ne devrait jamais pleurer. C’est pour ça qu’un silence couvre cette situation. Mais que ce soit dans une relation de couple, dans un mariage ou alors dans un foyer en union libre, il existe des situations où des hommes sont malmenés.

1 homme est tué tous les 13 jours par sa conjointe … en France

Certes, ces cas ne sont pas assez répertoriés et enregistrés en République démocratique du Congo. Mais en France, des chiffres existent et ils sont assez important : un homme meurt tous les 13 jours, tué par sa conjointe. Celui qui a mis à jour cet état des choses c’est une députée française de la République en Marche Claire O’petit le 30 avril de l’année dernière. Cela a mis une lumière sur des faits que la société ignorait jusque-là, même si en 2012 et 2013 en France, près de 150 000 hommes ont été victimes de violence au sein de leur couple.

Toujours en France, dans plus d’une affaire de violence conjugale sur 4, c’est l’homme la victime.

C’est la triste réalité des hommes battus ou maltraités. Il faut savoir aussi que cette étude est faite sur des couples officiels. Pas tous les couples.

Ces données existent en France car depuis 12 ans, des statistiques sont réalisées. Notre pays n’étant pas le champion de recensement, il est difficile de trouver des données sur le Congo.

La maltraitance psychologique…

J’ai essayé de trouver en ligne des informations sur les violences faites aux hommes en RDC, rien n’existe. Il faudrait sûrement aller consulter des affaires judiciaires, consulter des souces proches des cours et tribunaux pour en savoir davantage.

Mais je me souviens en avoir déjà entendu parler.

C’est comme une fois, avec ma mère dans une pharmacie on remarque un homme qui entre. Il est tout paniqué, la peur peut se lire sur son visage. Il n’attend pas son tour et se met à supplier la pharmacienne : « Madame, sauriez-vous s’il existe un médicament pour réduire mon taux d’alcool et cacher l’odeur ? J’ai bu, et ma femme n’aime pas que je boive. Elle va me tuer aujourd’hui ! »

Je n’avais jamais vu un homme avoir à ce point peur. Cette image est restée gravée dans ma tête.

Mais à côté de cela, il y a des manipulations psychologiques qui peuvent rendre la vie en famille très difficile pour beaucoup d’homme. J’ai connu des hommes qui avaient horreur de rentrer à la maison, qui se tuaient au travail et qui adoraient les heures supplémentaires, car cela les éloignait de leurs conjointes.

Sans perler du chantage affectif que certaines femmes pourraient user.

En parler pour sauver des vies

Il est si difficile de trouver des données officielles sur les violences faites aux hommes en RDC car déjà, comme dit haut, la société pense que l’homme ne devrait pas pleurer. Ce qui fait que les hommes, victimes, ne peuvent même pas porter plainte. On les prendrait pour des « chochottes », pensent-ils faussement.

Il faut ouvrir le débat, encourager les dénonciations. Aucune violence ne vaut mieux qu’une autre. Dénoncer ou s’intéresser aux violences que subissent les hommes ne réduit pas la valeur de la lutte contre les violences faites à la femme aussi.

 

Est-ce que vous avez trouvé cet article utile ?

Comments
Ajouter un commentaire

Comment

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang>