Pierre avec inscriptions liées à la Covid
(c)shutterstock

Confinement et éloignement : nous n’avons pas pensé Covid (qu’au vide) qui nous séparait

Jessica et moi sommes en couple depuis un an déjà. Mais de cette année, il faut retirer 3 mois où nous avons été séparés à cause du coronavirus. 3 longs mois sans être certain de quand on se reverrait. Plus de 8000 kilomètres nous séparaient, un vide nous séparait.

Mais nous avons pu nous retrouver après beaucoup d’efforts de la part de chacun, et c’est cette photo ci-dessous qui m’a inspiré cet article que je vous partage : nous n’avons pas pensé Covid (qu’au vide) qui nous séparait. Nous avons trouvé ce tag en Normandie, en visitant la digue de Cherbourg, pendant nos vacances bien mérités en amoureux. C’était le résumé de ce que nous venions de vivre.

Photo : Jessica posant devant le tag
Photo : Jessica posant devant le tag

Une séparation à laquelle on ne s’attendait pas

Il n’existe aucun manuel d’amour. Mais, en amoureux, il arrive de faire des plans. Sauf qu’aucun couple sur terre, je présume, n’avait prévu un mode d’emploi pour agir en cas de coronavirus. La maladie a pris tout le monde au dépourvu, et chaque couple a dû s’adapter à sa façon pour survivre.

Quand la Chine a été confinée, plusieurs divorces ont suivi juste après. Plusieurs couples ont été à rudes épreuves pendant ces longues journées, confinés dans un petit espace avec la personne de son cœur. Un vide s’était sûrement installé au sein de ces couples, même s’ils étaient ensemble dans le même appartement.

Pourtant, d’autre part, des amoureux regrettaient de ne pas être confinés avec leurs amours. Deux mois auprès de la personne qu’on aime, sans aller au travail, c’était le rêve absolu. Un vide séparait aussi ces amoureux éloignés.

 

Photo : Rodriguez posant devant le tag
Photo : Rodriguez posant devant le tag

Jess et moi étions dans cette deuxième catégorie. On était censés être séparés un mois, puis se retrouver ensemble dans un pays africain pour des vacances. Jess avait déjà son billet d’avion, et la France fut confinée 3 jours avant la date de son vol ! C’est là qu’un mois de séparation allait se transformer en deux, trois ou même en éternité.

Mais nous avions, pu trouver notre parade. Je vous l’explique dans les lignes qui suivent

L’amour peut survire à la distance, mais pour une certaine durée

Jess n’était pas certaine qu’on tiendrait si une longue période de séparation s’imposait. Moi j’étais certain du contraire. Mais j’étais très triste de la savoir seule, en France à devoir affronter ce stress important de la Covid-19 et aussi la distance. Alors, sans même rien nous dire, voici ce qui nous a aidé à tenir :

  1. Appels vidéo : heureusement que nous avons internet de nos jours. On avait installé une routine que nous respections presque toujours. On s’appelait en vidéo tous les matins et tous les soirs. On pouvait ainsi se voir, sourire et continuer de garder un heureux souvenir du visage de la personne aimée. Mais entre les deux, on s’appelait au moins 3 fois pendant la journée. On s’écrivait aussi beaucoup
  2. Des photos d’humour : c’était l’idée de Jessica. Elle envoyait les photos de son humeur presque chaque jour du confinement. J23 confinement, J24 confinement, etc. Je pouvais lire sa joie ou sa tristesse dans la photo qu’elle envoyait. Ainsi je pouvais savoir quand elle a plus besoin de ma présence, et quand elle est pleine d’énergie pour affronter sa journée.
  3. Consulter tous les vols, parler aux ambassades et aux compagnies aériennes : chercher le premier vol pour mon retour à Paris. Ceci nous permettait de garder espoir ! On tenait parce qu’il y avait de nouvelles d’espoir que l’Ambassade de France dans le pays où j’étais nous aidait.

C’est ainsi qu’après deux mois, finalement nous avons pu trouver un vol spécial de rapatriement, et qu’on a pu se revoir.

À l’heure de la technologie, le téléphone peut être un outil qui permet de garder les liens. Mais avant tout, il faut un engagement des partenaires. Nous y avons cru Jess et moi, nous avons mis tous nos efforts dans ce combat pour nous revoir, et nous avons réussi.

En cas de coronavirus ou en temps de tempête dans votre couple, ne pensez pas qu’au vide qui vous sépare. Pensez à l’univers qui vous uni, pensez à la vie et au trait qui vous lient.

 

Est-ce que vous avez trouvé cet article utile ?

Comments
Ajouter un commentaire

Comment

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang>